Maison réceptionnée le vendredi 18 juillet 2008


Accès direct au Livret Numérique Photo du Projet

Google
 


I’m singing in the dRain…

le Mercredi 7 novembre 2007

Aujourd’hui Isabelle a acheté le drain que nous disposerons à l’extérieur des fondations.
La maison faisant 15m x 9m, celà représente un périmètre de 48 m, nous avons opté pour un drain d’une longueur de 50 m pour 10 cm de diamètre, composé de petits trous pour récupérer et « drainer » l’eau.
Pour un fonctionnement optimum, il est conseillé de le poser juste au dessous de la base de la dalle du sous-sol et de le recouvrir d’un géotextile. Il faudra que nous nous coordinions avec le coulage des fondations et le montage des murs pour l’installer avant que les tranchées ne soient remblayées.
A suivre donc…

Terrassementsss !!! wahou…

le Lundi 5 novembre 2007

Ce matin, surprise, je reçois un appel d’un terrassier de l’entreprise « Leveaux » qui m’informe qu’il est missionné par les Maisons Bernard Lannoy, qu’ils sont deux sur le terrain et qu’ils s’apprêtent à attaquer les fondations. Ouh là.
Il ajoute qu’il va également s’occuper de la descente de garage. Ouh là là.
J’appelle alors le responsable du Gros Oeuvre chez le constructeur pour lui faire part de notre accord pour l’accès chantier; puisque la pelleteuse est sur place, autant grouper !
Je rappelle le terrassier au sujet du dessin de la descente de garage et là, on a un peu de mal à se comprendre, visiblement, notre idée de la chose diffère quelque peu…Après quelques secondes, je comprends qu’il se base sur le malheureux dessin présent sur notre permis de construire.

Pour la petite histoire, lors de la rédaction du permis de construire, le dessinateur qui s’est occupé des plans a ajouté autour de l’implantation de la maison sur le plan cadastral, un petit dessin représentant les chemins d’accès à la porte de la maison et d’accès au garage. Nous lui avons tout de suite fait remarquer que celà ne correspondait pas à ce que nous voulions faire. Il nous a répondu que celà n’avait pas d’importance, que c’était juste pour le permis. Bon, alors, si ce n’est que pour le permis, soit, admettons…

Et voilà comment, si l’on n’appelle pas, si l’on ne pose pas les bonnes questions, on se retrouve avec des allées creusées et définitives complètement farfelues en tous cas non voulues.

Heureusement, Isabelle a pu se rendre sur place et superviser l’ensemble de l’intervention.
Le résultat : nickel ! Sur la journée, tout a été fait : terrassement de l’accès chantier, trou et tranchées pour les fondations et la descente de garage. Je me laisserais bien tenter par un petit slogan : « L’Entreprise Leveaux, c’est super Pro ! ».

Et voici le travail réalisé en images :

Les fondations

Les fondations suite
Sur cette photo, ce qui est intéressant, c’est de voir et de réaliser que cette petite planchette horizontale nous indique le niveau du futur plancher du rez-de-chaussée.

La pente arrière
Sur celle-ci, une petite demande perso : au sortir du sous-sol, plutôt que de se retrouver avec un mur de terre de près de 3 mètres de haut, nous avons demandé à ce qu’ils nous fassent une remontée en pente douce permettant un accès facilité à l’arrière du jardin. Parce que si l’on n’y pense pas, quand tout sera terminé, je ne me vois pas trop sortir ma tondeuse du sous-sol, devoir remonter la totalité de la descente de garage, puis faire le tour complet de la maison pour enfin accèder à l’arrière du jardin.
Bref, si vous faîtes un sous-sol : Don’t forget it !

Le mauvais tracé
Aaahhhh…là vous pouvez observer le tracé d’origine avant intervention puis le bon tracé.
Les tracés sont réalisés à l’aide d’une espèce de platre en poudre, pratique, peu cher et bien visible pour le grutier.

La descente de garage
La descente de garage : 20 m de longueur, tout en douceur.

Tranchées pour les fondations
Enfin, les tranchées, y a plus qu’à !

Bravo messieurs !

Accès chantier (suite)

le Mercredi 31 octobre 2007

Après avoir contacté une demie-douzaine de terrassiers et grossistes en matériaux de construction, force est de constater qu’en additionnant le meilleur prix de terrassement avec le meilleur prix pour l’achat et le transport des cailloux, on arrive de toute façon à 1.100 euros.
Le devis de notre constructeur est donc très bien placé.
Pour information, certains devis grimpaient tout de même jusqu’à 2.500 euros avec les mêmes paramètres : volume, type et taille des cailloux, kilomètrage de transport équivalent… comme quoi, il faut toujours interroger un maximum d’interlocuteurs.

Point embêtant s’il en est, l’emplacement de cet accès / chemin de gros cailloux :
Une fois mis en place, il servira quelque chose comme 5 à 6 mois et après… et bien nous aurons le bonheur de disposer d’une magnifique surface de 80 m2 de gravas concassés au beau milieu de la future pelouse, la classe !

Afin de les récupérer au mieux, nous essayerons de le placer pour que les équipes puissent travailler et au maximum en bordure de terrain, histoire de les exploiter comme base de sol dur.

Accès au chantier

le Jeudi 25 octobre 2007

Aujourd’hui nous avons reçu le devis pour la « préparation » de l’accès au chantier :

Pour quelques pelletées de terre enlevées, la pose d’une toile BIDIM et le déversement de 2 camions de schistes, on nous demande la modique somme de 1.100 €… ben voyons…
Ils ne ratent pas une occasion de nous facturer des faux-frais.

Et si c’était aussi indispensable que çà, pourquoi ne pas inclure cette prestation dans le contrat de construction, franchement…
C’est comme si en plein milieu du projet, on m’apprenait que la toiture n’était pas prévue.
« C’est indispensable, çà parait évident, mais non, ce n’est pas prévu, il faut la compter en plus »…
Ah je vous jure…

Nous allons vérifier ce coût et voir si on ne peut pas le faire à moindre frais.

Notre terrain

le Jeudi 18 janvier 2007

En quelques mots, notre terrain est immense : 4.070 m2 ! rien que çà !
A vrai dire nous ne cherchions pas autant de superficie, plutôt 1.500 à 2.000 m2.
C’est en contactant un notaire qui était bien « achalandé » sur le secteur que nous sommes tombés sur cette offre.
Le critère n’était pas tant la superficie que le prix surtout, et donc dans notre échelle de prix, il y avait effectivement des terrains de 1.000, 1.500 m2 et celui-ci.
Nous avons alors demandé pourquoi il était au même prix que les autres pour cette taille, on nous a répondu que 3 acheteurs avant nous s’étaient cassés les dents pour l’obtention du permis de construire. Nous apprenons alors la véritable raison, le terrain est soumis aux restrictions des Architectes des Bâtiments de France. Les permis de construire n’ont pas été refusés par la DDE mais par les ABF. Nous avons demandé la liste des exigences et hormis un point concernant l’angle de la toiture, notre projet était conforme.

Nous avons versé un accompte de réservation, et avons conditionné l’achat du terrain à une clause suspensive : l’obtention du fameux permis de construire.
6 mois plus tard après quelques péripéties administratives, nous l’obtenons et achetons dans la foulée ce terrain.

Petite précision, le terrain est constitué de 3 parcelles cadastrales : soit 3.200, 230 et 640 m2.

Terrain au cadastre

Terrain vu du ciel

Terrain : entrée

Terrain : vue de gauche

Terrain : vue de droite

Terrain : vue des autres parcelles

Terrain : vue du fond du jardin

Acheter de l’ancien ou faire construire ?

le Jeudi 26 octobre 2006

Après avoir écumé pendant plusieurs mois les annonces immobilières à la recherche d’une maison « récente » (entendez par là de moins de 10 ans), à un prix abordable, vous désespérez.
A chaque visite, il manque quelque chose, une chambre, un garage, de la luminosisté dans les pièces à vivre, un jardin, le chauffage qui est électrique et qui va vous coûter une fortune à l’usage, l’isolation ou l’électricité à refaire…
Bref, difficile de mettre la main sur la perle rare.

Par curiosité et/ou par intérêt, vous vous renseignez sur les tarifs pratiqués par les constructeurs et autres entrepreneurs qui proposent des maisons neuves.
Ah… la maison « neuve », le rêve de tout à chacun et la possibilité d’aménager son espace de vie comme on l’entend.
Les fourchettes de prix sont très larges, disons que vous trouverez des maisons neuves à partir de 75.000 € jusqu’à… ce que vous aurez la possibilité de financer pour votre maison.
Vous devriez donc trouver une belle maison (de 100 à 120 m2) pour environ 120/130.000 € (hors terrain).
A ce prix là dans l’ancien, vous aurez une maison type 1930 rénovée qui se vend aujourd’hui plutôt aux alentours des 160.000 €. De quoi se poser des sérieuses questions…

A vous de peser le pour et le contre.

Avantages de l’ancien :
- Vous achetez, vous emménagez, vous poser vos meubles et la vie reprend son
cours. Un peu de déco, histoire d’enlever au plus vite l’affreuse tapisserie
psychédélique à fleurs du salon mais ce sera tout pour le moment.
- La maison est complètement aménagée.
- Le jardin arboré.

Inconvénients de l’ancien :
- Frais de notaires exhorbitants.
- Nombre de mauvaises surprises potentielles découvertes après coup :
murs en torchis, fosse sceptique non fonctionnelle, isolation très perfectible,
électricité défectueuse ou plus aux normes, une chaudière qui lâche après
quelques mois…

Avantages de la construction :
- Aménagement des pièces intérieures entièrement choisi.
- Matériaux récents, plus performants et plus économes en énergie.
- Frais de notaire réduits car ils ne s’appliquent que sur le prix du terrain.
- Habitation complètement neuve représentant un capital financier plus important.

Inconvénients de la construction :
- Attente : durée moyenne de construction autour de 10 mois.
- Risque financier : le temps de la construction, vous continuez à payer un loyer
et commencez à rembourser l’emprunt contracté.
- Risque de mal tomber (entrepreneur en faillite), çà n’arrive que trop souvent.
- Tout à faire (clotures, jardin, peintures…)

Pour notre part, nous n’avons pas hésité à sauter le pas.
Notre projet a été rendu possible par la saisie d’une bonne opportunité sur le terrain qui nous a permis une économie substancielle que nous avons reporté sur l’achat de la maison.
Le hic , bien entendu, c’est de trouver ce terrain. Et dans bien des régions, le coût du terrain avoisine souvent le coût de la maison elle-même… un comble.
Dans la région lilloise, les terrains de 700 m2 partent entre 100 et 150.000 €… A ces prix là, il restera juste de quoi implanter un grand abri de jardin. ;o)
Seule solution, s’éloigner, se reculer, trouver un village sympa où la mairie bascule son patrimoine foncier agricole en terrains constructibles d’un simple coup de baguette magique et saisir l’opportunité au vol.
Il faut être au taquet, sur tous les fronts et ne pas faire de cadeau. Dans la chasse au terrain, point de galanterie, premier arrivé, premier servi, pas de pitié pour les croissants ! ;o
Compulsez les petites annonces, contactez les notaires et les agences immobilières, inscrivez-vous partout, çà ne coûte rien !

May the Force be with you !

Ouverture du Blog

le Mardi 24 octobre 2006

Octobre 2006, Lille (59), France :

Après plusieurs rendez-vous avec les commerciaux de divers constructeurs régionnaux (Maisonneuve, Maisons Charme & Traditions, Loger Habitat, Kaufman & Broad, Le Bâtisseur/Les Compagnons et Bernard Lannoy), notre choix se porte sur ce dernier.

Dans la balance, plusieurs témoignages rassurants, une réputation de professionels sérieux, réalisant des maisons individuelles souvent plus chères comparativement mais de qualité reconnue, et 40 ans d’existence.
Autre point important et non des moindres, nous louons actuellement une maison Bernard Lannoy. Cà aide… ;o)

Fin Octobre :
Signature chez Bernard Lannoy pour un montant de xxxxxx euros. Ouahou, ce n’est pas rien..

Et pour suivre cette aventure, ouverture de ce blog.