Maison réceptionnée le vendredi 18 juillet 2008


Accès direct au Livret Numérique Photo du Projet

Google
 


Tranchée de dérivation des eaux de pluie

le Samedi 26 avril 2008

Cette fois c’est fait !
Par ce beau temps estival, nous avons pu poursuivre la tranchée permettant l’évacuation du surplus d’eau du puits de perte. Après avoir percé celui-ci la semaine dernière, avec l’aide Cédric, Fred, du terrassier et de son JCB, les 40 mètres de tubes PVC ont été posés, soit 10 tubes de 4 mètres.

Tranchée - photo 1

Le tractopelle en action :

Tranchée - photo 2

Tranchée - photo 3

Pour chaque tube posé, après l’avoir nivelé correctement (nous n’avons pas lésiné, 2 cm au mètre), il faut prendre soin de remblayer à la main le dessous du tube afin qu’il ne s’affaisse pas lors du remblai de toute la terre par dessus.

Tranchée - photo 4

Tapotage à l’aide d’un marteau et d’un morceau de bastaing pour emboîter au maximum les tubes les uns dans les autres.

Tranchée - photo 5

Pose d’un anneau de béton au bout des 40 mètres :

Tranchée - photo 6

Pour terminer, remblai des terres :

Tranchée - photo 7

Tranchée - photo 8

Voilà le résultat final : Celà aura demandé 3h30 de travail.
Il ne nous restera qu’à faire une découpe dans le couvercle afin de protéger l’ouverture tout en laissant passer le coude de sortie.

Tranchée - photo 9

Le terrain descendant avec une pente assez prononcée, à ce stade nous avons rattrapé le niveau 0 du sol.

Tranchée - photo 10

Les travaux ont été réalisés par Daniel Langlois :
super boulot, ponctuel, efficace et Pro !

Tranchée - photo 11

Les devoirs du week-end

le Dimanche 20 avril 2008

Ce samedi, préparation de l’intervention (finale j’espère) pour la dérivation de la source naturelle d’eau découverte lors du forage du puits de perte.

Problème : Pour rappel, nous avons un puits de perte de 2.50 m de profondeur placé en bas de la descente de garage, censé récupérer et diffuser les eaux de pluie qui descendent de la pente. Le hic, c’est que depuis qu’il a été creusé, une poche d’eau naturelle voire une petite source affleurante, a profité de ce conduit pour l’investir. Résultat, le puits est 100% inefficace puisqu’il est rempli en permanence, créant même de la gène car lorsqu’il pleut, celui-ci déborde et avait inondé le sous-sol, retardant le coulage de la dalle. La totale !

Solution : A partir du puits de perte, profiter que le terrain soit long et en pente pour créer une tranchée dans laquelle nous insèrerons des tubes d’épandage pour diriger et éloigner l’eau en contrebas.

Objectif du jour : perçage et découpage du puits de perte pour y insérer le tube PVC de départ.

Etape 1 : Ecopage de l’eau qui se trouve devant et dans le puits perte.
Vous imaginez bien qu’en perçant un trou de 20 x 20 cm, si le niveau d’eau du puits n’est pas plus bas que le trou, l’eau va s’engouffrer et se déverser dans la tranchée.
Il nous a fallu pas moins de 40 seaux (seaux de crépi vides) pour enlever l’eau se trouvant devant et diminuer suffisamment le niveau du puits.

Puits de perte : le coupable

Etape 2 : Perçage et tronçonnage du puits de perte.
Là, il a fallu lutter, le béton est de très bonne qualité, renforcé sur ses contours de barres de métal.
Perçage de 2 trous au foret de 20, 1 sur le haut et le 2nd sur le bas puis attaque à la tronçonneuse à béton pour découper les contours du pseudo carré que nous souhaitions ôter.
Le puits ne se laissait pas faire, nous y sommes allés à grands coups de burin, marteau et barre de fer.
Après un bon 1/4 d’heure de bataille acharnée, il a enfin cédé.
Le trou a été fait à ~20 cm du haut du puits afin de se préserver une marge et faire qu’il ne déborde plus JAMAIS ! ;)

Perçage du puits de perte

Etape 3 : Insertion du tube à l’intérieur de l’orifice créé, en l’avançant suffisamment.
Nivelage pour amorcer la pente permettant l’écoulement de l’eau.

Insertion du tube PVC

Etape 4 : Cimentage pour colmater et fixer le tube définitivement.

Cimentage du tube sur le puits de perte

Fin des opérations :
Bilan : Il a plu toute l’après-midi. Bon bain de boue pour la peau et la totalité des vêtements et mains tétanisées à taper comme un boeuf pour la création de l’ouverture et le bèchage de la terre.
Fatigué mais satisfait, Mission accomplie ! :)

Fin de l\'épreuve

Un grand MERCI à Super Fernand, sans qui, depuis le début du projet, bien des choses n’auraient été possibles !

Coût total d’un drain d’évacuation d’eau

le Mardi 5 février 2008

Voilà, les week-ends « bains de boue », c’est terminé, enfin…

C’est l’heure du bilan financier et le moment de s’apercevoir combien nous a coûté la mise en place du drain périphérique de captage et d’évacuation de l’eau autour des fondations de la maison.

Rappels :
- la maison fait 15m de long sur 9m de large, soit 48 m de périmètre.
- Pour celles et ceux qui n’auraient pas lu les précédents épisodes, le constructeur
   a enduit les murs extérieurs du sous-sol de 2 couches de Sika mortier hydrofuge.

Voici la liste de courses pour les fournitures :
- Sika Imperfondation (Castorama) = 46 € les 10 Litres x 5 = 230 €.
- Géo-textile 2m x 25m (Castorama) = 45 € x 2 = 90 €.
- Tubes d’épandage PVC 100 mm rainurés catégorie M1, 4m
   (Point P) = 19,13 € les 4 mètres linéaires x 12 = 229,63 €.

[Pour info, c'est 3 fois plus cher que chez BricoDépôt. Le truc c'est que nous avions acheté un tube BricoDépôt, pour voir, il est tombé du coffre de la voiture et s'est cassé... çà craint un peu quand on sait que plusieurs tonnes de terre vont les recouvrir... Donc Point P c'est cher mais bien plus costaud. Toujours pour info, la notation "M1" c'est pour antifeu...Bon , je suis d'accord çà ne sert pas grand chose à 2,50m dans le sol, mais c'était le seul modèle disponible.]

- Tubes d’évacuation PVC 100 mm classiques, 4m (Point P) = 4,40 € le mètre
linéaire x 24 = 105,6 €.
- Coudes, raccords et bouchons PVC (Castorama) = 60 €.
- Cailloux 20/40, 12,8 Tonnes (Sylvain Matériaux) = 325 €.
+ Outils divers (scie, maillets, bèches, pelles, binettes, rateaux) à prévoir…

Roulements de tambour… Total = 1.040,23 €

« Rocks » Mission complete !

le Dimanche 3 février 2008

Nouveau rendez-vous sur le terrain.

Forces en présence :
- Cédric
- Jean-Marc
- Mme Arnould
- Isa
- Pierre
+
Consultant :
- Fernand Arnould

Objectifs :
1) Application d’une seconde couche de vernis Sika imperfondation sur les derniers
parpaings maçonnés.
2) Remblai du drain avec nos gros cailloux (20/40).

Pour le sika, il nous restait 30 L, Isabelle a donc commencé par les parpaings les plus hauts pour qu’ils bénéficient d’une seconde couche puis avec le reste des pots, troisième couche sur les autres.
Mission imperméabilisation remplie avec succès.

L’objet du jour : ajouter un couche minimale de 30 cm de cailloux au dessus du drain, qui en contient déjà une dizaine de cm.

Notre soucis : la tranchée, tout autour de la maison, est très large, près d’1 mètre à certains endroits.
De fait, si nous déposions les cailloux tels quels, ils glissent et retombent en majorité dans la tranchée, ce qui s’avère totalement inutile.

Nous rassemblons alors nos neurones pour un mini-brainstorming et c’est Cédric qui trouva la méthode la plus efficace.

M. Arnould nous a fournit 3 grandes planches de contreplaqué qui nous servirons à coffrer le drain. Ainsi, nous mettons en place une séparation permettant de déposer les cailloux côté drain, tout en remblayant de terre de l’autre, à hauteur équivalente à ce que nous voulions atteindre en cailloux. Une fois que la terre et les cailloux sont en place, nous pouvons alors ôter la planche, et … « Magie »,
les cailloux sont alors maintenus par la terre.
Nous testons la mise en pratique de cette idée sur les premiers mètres et celà s’avère impeccable.

La technique et le résultat fantastique en images :

Préparation : Planches, piquets, maillet, tobogan, brouettes
Coffrage du drain

Zoom sur le coffrage, artisanal certes, mais diablement efficace !
Coffrage du drain

Ici l’outil indispensable que nous avons surnommé le « tobogan ». Il appartient à Bernard Lannoy, il s’agit d’une espèce de container en plastique dur, coupé en deux dans le sens de la hauteur. Idéal pour déverser les cailloux !
Tobogan : l’outil indispensable

Une fois que suffisamment de terre est remblayée puis tassée, nous retirons les planches et les cailloux tiennent tout seuls.
Et qui plus est, le rendu est magnifique, c’est propre, nickel, parfait quoi ! ;o)
Et l’air de rien , celà a également permis de rendre « pratiquable » la tranchée qui contenait encore pas mal de boue.
Décoffrage du drain

Ici, les hommes au boulot, mais pas seulement : l’organisation est au top, les femmes remplissent les trois brouettes de cailloux, nous les avancent, JM prend le relai pour les emmener et les déverser directement dans le tobogan, pendant que je remblai de terre et Cédric place les coffrages. Cà turbine !
Men at work

Ensuite, Cédric et moi déversons les cailloux directement dans le coffrage.
Men at work

Après le travail, nettoyage des outils empruntés à Bernard Lannoy sur le chantier.
Nettoyage des outils

Enfin, voici une vue d’ensemble. Nous sommes exténués mais le résultat en valait
la peine. C’est parfait !
The « Rocks » Mission is complete ! Congratulations !
Vue d’ensemble : du travail de Pro

Repérage pour la tranchée de l’extrême

le Vendredi 25 janvier 2008

L’équipe de Bernard Lannoy est passée avec sa lunette de géomètre afin de déterminer, s’il existe, un point bas sur le terrain qui nous permettrait de nous trouver à un niveau inférieur à celui du sous-sol.
Le terrain étant nettement en pente, çà devrait se trouver.
Le résultat en images :

Bernard Lannoy : marqueur du point bas

Surprise, nous nous attendions à trouver ce marqueur 70 m derrière la maison et en fait, il ne se situe qu’à environ 35 m .
De notre point de vue, nous sommes réellement sceptique sur le fait qu’à ce point nous soyons plus bas que le sous-sol…
Je dirai que l’on est encore 1m50 au dessus.
Nous allons donc demander des précisions.

Installation du drain : Part II

le Dimanche 20 janvier 2008

Ce matin 10h30, nous nous démultiplions.
Nous ne sommes plus 3 mais 7 pour l’opération Commando « PuTtHeDrAiNnOw ».

Forces en présence :
- Cédric
- Loïc
- Thierry
- Jérémy
- Florian
- Isa
- Pierre
+
Consultant :
- Fernand Arnould

Objectifs :
1) Application de la seconde couche du Sika Imper Fondation.
2) Dégagement de la tranchée périphérique (40 cm en partant du mur) de toute eau et boue pour revenir au niveau zéro du béton de fondation.
3) Installation de géo-textile.
4) Pose des tubes d’évacuation après les avoir recouvert également de géo-textile.
5) Remblai avec les gros cailloux (format 20-40) achetés 10 jours plus tôt.
6) Recouvrement de l’ensemble avec la première couche du géo-textile.

Et c’est parti, chacun se réparti aux différents postes :

Dégagement des tranchées :
La technique : nous nous plaçons en ligne à distance régulière et nous tirons la boue, tous dans la même direction.
Face avant

Face gauche

Face arriere

Face droite

Ici, toute la boue raclée et récupérée autour de la maison est ramenée sur l’entrée du garage. Après 2h de travail, la masse accumulée est impressionnante, il est nécessaire de l’étaler sur la descente de garage.

Plusieurs tonnes de boues ramassées

Ici, un plan large de la maison :
Plan large de la maison

Isa, Chef Vernissage
Isa au vernissage

Mise en place du drain :
Création d’un dénivellé pour que l’eau puisse s’écouler, une fois les tubes placés.

Pliage du géo-textile en 2 dans le sens de la largeur, une moitié plaquée contre le mur (qui servira ensuite de rabat pour recouvrir l’ensemble), et l’autre mise à plat.
Mise en place du géotextile

Mise en place du géotextile

Dépot de cailloux sur le textile pour créer un assise pour les tubes et les stabiliser.

Préparation et descente des tubes
Descente des tubes

Poursuite des efforts
Fin de la mise en place du frain en face avant

Mise en place du drain sur le côté

Les hommes forts :

Loic en action
Loic en action

Jérémy (Chef cailloux)
Jérémy (Chef cailloux)

Florian (Chef du comptage des cailloux) ;o)
Florian (Chef du comptage des cailloux)   ;o)

Don’t you know pump it up ?

le Samedi 29 décembre 2007

Samedi 29, nous décidons d’acheter une pompe d’évacuation d’eau.
Nous faisons plusieurs magasins spécialisés (les classiques : Liroï Meurline, Dé-Bri-Ba-Jar Co-Co-Ti-Din, Brico Hangar…). la plupart du temps, on n’y trouve que des petites pompes type vide-cave, éléctriques, et dont les débits de sont pas fameux. Nous cherchions nous un modèle thermique pour ne pas dépendre d’une rallonge électrique et qui « dépote » au niveau évacuation. Nous trouvons enfin notre bonheur, une moto-pompe thermique de 6,5 cv, auto-amorçante, capable d’évacuer 25 m3 à l’heure et livrée avec une grosse crépine et les éléments de serrage.

Une fois la machine achetée, il nous fallait les tuyaux d’aspiration et d’évacuation. Ce sont deux tuyaux de type très différent. Celui d’aspiration est translucide, constitué d’anneaux, parait assez fragile (évitez de marcher dessus).
Le second, celui d’évacuation est beaucoup plus épais, très lourd surtout vu sa longueur. Nous en avons pris 12 m, un véritable « anaconda ». ;o)

Au niveau tarif :
- La pompe : 150 €
- Tuyau d’aspiration : 3 € le mètre
- Tuyau d’évacuation : 6 € le mètre
Ajouter en plus quelques cerflex de serrage des tuyaux sur la pompe car ceux d’origine semblent fragiles, plus de l’huile et de l’essence sans plomb.

Ce n’est pas exactement ce modèle là mais voici à quoi elle ressemble :

Motopompe d'évacuation d’eau

I’m singing in the dRain (suite)

le Lundi 17 décembre 2007

Après discussion téléphonique avec Monsieur L. , Chef maçon, nous allons attendre la reprise du chantier après les congès de fin d ‘année, ce qui nous amènera au 7 janvier. Même si la totalité des parpaings n’est pas montée, l’équipe de maçons va entamer l’enduit des parpaings au Sika Béton hydrofuge sur une hauteur d’environ 3 parpaings, de quoi nous permettre d’installer notre drain dans les meilleures conditions, en accolant notre géotextile (qui recouvra l’ensemble tuyau / cailloux) aux parpaings enduits et protégés. Comme dit précédemment, nous ajouterons au Sika béton, 2 couches de vernis bitumeux. En matière d’étanchéité, il n’y a jamais trop de couches !

I’m singing in the dRain…

le Mercredi 7 novembre 2007

Aujourd’hui Isabelle a acheté le drain que nous disposerons à l’extérieur des fondations.
La maison faisant 15m x 9m, celà représente un périmètre de 48 m, nous avons opté pour un drain d’une longueur de 50 m pour 10 cm de diamètre, composé de petits trous pour récupérer et « drainer » l’eau.
Pour un fonctionnement optimum, il est conseillé de le poser juste au dessous de la base de la dalle du sous-sol et de le recouvrir d’un géotextile. Il faudra que nous nous coordinions avec le coulage des fondations et le montage des murs pour l’installer avant que les tranchées ne soient remblayées.
A suivre donc…