Maison réceptionnée le vendredi 18 juillet 2008


Accès direct au Livret Numérique Photo du Projet

Google
 


Les devoirs du week-end

le Dimanche 20 avril 2008

Ce samedi, préparation de l’intervention (finale j’espère) pour la dérivation de la source naturelle d’eau découverte lors du forage du puits de perte.

Problème : Pour rappel, nous avons un puits de perte de 2.50 m de profondeur placé en bas de la descente de garage, censé récupérer et diffuser les eaux de pluie qui descendent de la pente. Le hic, c’est que depuis qu’il a été creusé, une poche d’eau naturelle voire une petite source affleurante, a profité de ce conduit pour l’investir. Résultat, le puits est 100% inefficace puisqu’il est rempli en permanence, créant même de la gène car lorsqu’il pleut, celui-ci déborde et avait inondé le sous-sol, retardant le coulage de la dalle. La totale !

Solution : A partir du puits de perte, profiter que le terrain soit long et en pente pour créer une tranchée dans laquelle nous insèrerons des tubes d’épandage pour diriger et éloigner l’eau en contrebas.

Objectif du jour : perçage et découpage du puits de perte pour y insérer le tube PVC de départ.

Etape 1 : Ecopage de l’eau qui se trouve devant et dans le puits perte.
Vous imaginez bien qu’en perçant un trou de 20 x 20 cm, si le niveau d’eau du puits n’est pas plus bas que le trou, l’eau va s’engouffrer et se déverser dans la tranchée.
Il nous a fallu pas moins de 40 seaux (seaux de crépi vides) pour enlever l’eau se trouvant devant et diminuer suffisamment le niveau du puits.

Puits de perte : le coupable

Etape 2 : Perçage et tronçonnage du puits de perte.
Là, il a fallu lutter, le béton est de très bonne qualité, renforcé sur ses contours de barres de métal.
Perçage de 2 trous au foret de 20, 1 sur le haut et le 2nd sur le bas puis attaque à la tronçonneuse à béton pour découper les contours du pseudo carré que nous souhaitions ôter.
Le puits ne se laissait pas faire, nous y sommes allés à grands coups de burin, marteau et barre de fer.
Après un bon 1/4 d’heure de bataille acharnée, il a enfin cédé.
Le trou a été fait à ~20 cm du haut du puits afin de se préserver une marge et faire qu’il ne déborde plus JAMAIS ! ;)

Perçage du puits de perte

Etape 3 : Insertion du tube à l’intérieur de l’orifice créé, en l’avançant suffisamment.
Nivelage pour amorcer la pente permettant l’écoulement de l’eau.

Insertion du tube PVC

Etape 4 : Cimentage pour colmater et fixer le tube définitivement.

Cimentage du tube sur le puits de perte

Fin des opérations :
Bilan : Il a plu toute l’après-midi. Bon bain de boue pour la peau et la totalité des vêtements et mains tétanisées à taper comme un boeuf pour la création de l’ouverture et le bèchage de la terre.
Fatigué mais satisfait, Mission accomplie ! :)

Fin de l\'épreuve

Un grand MERCI à Super Fernand, sans qui, depuis le début du projet, bien des choses n’auraient été possibles !

Tranchée programmée : fin des problèmes en vue !

le Vendredi 28 mars 2008

Bonne nouvelle, grâce aux amis (merci Audrey et Cédric et donc Jacques), nous avons pu entrer en contact direct avec un terrassier réputé sur le secteur, mais surtout, équipé pour ce travail. La descente de garage est boueuse, il faut donc un engin à chenilles impérativement et capable de creuser sur 3 mètres de profondeur.
La tranchée salvatrice devrait être réalisée dans 15 jours, le rendez-vous est pris !

A prévoir : Achat de nouveaux tuyaux PVC à placer au fond de la tranchée pour guider l’eau.

Reprise de service

le Jeudi 27 mars 2008

Petit point avec Monsieur « F », le chef du gros oeuvre.
[ Monsieur "F" , çà fait très James Bond. ]

Les pignons de la maison devraient être terminés demain et indiquent la toute prochaine fin du gros oeuvre.
Le planning étant serré, pour honorer leur engagement, les équipes se sont organisées : La charpente devrait arriver dans le courant de la semaine prochaine et être posée en une journée. Puis ce sera la toiture qui devrait être couverte 15 jours plus tard. Les menuiseries Aluminium sont d’hors et déjà prêtes à être livrées.
On sent  que tout le monde se mobilise autour du projet, les synergies se mettent en place.

Mais revenons sur le terrain où nous avons toujours notre problème « aqueux ».
Il faut impérativement que nous fassions passer un terrassier dans les 3 semaines pour poursuivre notre tranchée de l’extrême afin de dériver la source d’eau découverte au fond du puits de perte et la rediriger en contrebas du jardin.
Dimanche dernier, suite aux pluies abondantes, je relevai 10 cm d’eau dans le sous-sol.
Il n’est donc toujours pas possible de couler la dalle du sous-sol. Et il faut pourtant le faire avant que les plombiers n’arrivent pour éviter que les différents corps de métier ne se gènent entre eux.

La mission « Commando » de dimanche consistera donc à re-vêtir la « tenue de combat », remettre en route la motopompe de la mort et refouler plusieurs dizaines de m3. Pour rappel : 1 m3 = 1.000 Litres.
Objectifs : vider le sous-sol et le puits de perte, disons au moins 3 anneaux, soit 1.50 m de profondeur + pendant que çà pompe, ramasser un maximum sinon la totalité des chutes et découpes de briques laissées par les maçons dans la tranchée. Ces morceaux trouveront leur utilité dans le futur puits de perte .

Analyse du problème d’eau

le Dimanche 13 janvier 2008

Bien, après notre pompage intensif de mercredi, 4 jours se sont écoulés et nous revoilà sur le terrain pour observer l’évolution. Malheureusement, nous constatons que l’eau est revenu et a à nouveau rempli le puits de perte.
Notre tranchée de « délestage » fait bien son travail et accueille le surplus d’eau.
Nous retéléphonons chez bernard lannoy, nous rediscutons de ce problème.

Solution envisagée : l’équipe va revenir avec une lunette de géomètre et repérer sur le terrain s’il existe un point dont le niveau serait plus bas que le sous-sol et le point d’eau du bas du puits de perte.
Auquel cas, nous envisagerions une méga tranchée qui partirait de notre actuelle tranchée de délestage et se prolongerait de 70 à 80 m sur l’arrière du terrain afin d’évacuer l’eau au plus loin.
C’est là l’intérêt de posséder un long terrain.
A suivre…

Quand y en a plus, y en a encore…

le Mercredi 26 décembre 2007

Fin décembre, l’eau qui stagnait avait gelé, impossible de poursuivre quoi que ce soit. Le moral n’est pas au plus haut mais nous nous motivons.
Nous retournons sur le terrain, le redoux revenant, la glace a fondu et l’eau s’est à nouveau réparti sur toute la surface du sous-sol. Avec les fortes pluies de fin décembre le niveau a même monté. Le puits de perte de 2.50 m de profondeur est rempli et le surplus a débordé aux alentours.

Les équipes de bernard lannoy ne revenant pas avant le 7 janvier, nous ne pouvions supporter d’attendre à ne rien faire.
Un voisin s’est proposé de nous aider en creusant une nouvelle tranchée permettant de désengorger l’eau.
Ce n’est pas une petite tranchée : 2.40 m de hauteur sur 16 m de longueur !
Voici le résultat :

tranchée de désengorgement

Visite des fondations

le Samedi 1 décembre 2007

Arrivée sur le terrain et découverte du fameux accès chantier finalisé, constitué de cailloux « tout venant », disposés sur un géotextile.

Ici, vue du trottoir d’en face :

Acces chantier

Là, vue de l’intérieur :

Acces chantier  2

Et voici donc les fondations :
(Vue du côté droit de la maison, face à l’entrée de garage)

Fondations

Le périmètre de la maison est délimité par une ligne de parpaing.
Cette bordure servira à délimiter la dalle lors du coulage du béton.

Fondations 2

Sur la photo suivante, on peut voir ce que certains appellent le « ternaire » (fonds et restes de ciment et de cailloux) utilisé pour tapisser l’ensemble de la surface de la maison et qui devrait servir de base pour le coulage de la dalle qui interviendra par la suite.

Fondations 3